ASP – Groupe de travail Télétravail du 8 mars 2016

Le télétravail à l’ASP

télétravail ASP 1

Le décret pour la fonction publique est paru le 12/02/2016 (3 jours maximum de télétravail hebdomadaire sur la base du volontariat).

La DRH ASP a convié le 8 mars les représentants du personnel pour plancher sur les modalités de mise en œuvre dans l’établissement.

Le calendrier de travail est le suivant :

  • 18 mars : réunion MAAF pour un début de concertation. Le MAAF devra publier un arrêté qui s’appliquera à ses agents.
  • printemps-été : groupes de travail  DRH-Agents et DRH –Organisations syndicales
  • avant la fin de l’année : décision du PDG
  • application possible dès le 01/01/2017.

Les points à définir à l’ASP seront en particulier :

  • les activités éligibles au télétravail
  • les modalités de contrôle et d’enregistrement du temps de travail
  • les modalités de prise en charge des coûts (matériels, abonnements, communications …)
  • les modalités de formation
  • les formulaires de demande de télétravail et le modèle de convention entre l’agent et l’ASP.

La DRH nous a dit vouloir jouer « gagnant-gagnant », vouloir permettre aux agents de mieux concilier vie privée et vie professionnelle.

Nous serons vigilants à ce que les décisions prises aillent réellement dans ce sens.

Notre attention sera forte sur le respect des besoins exprimés par les agents et sur l’équité de traitement entre tous.

Nous sommes à votre disposition pour recueillir vos avis, attentes, remarques sur le sujet.

télétravail ASP 2télétravail ASP 3 télétravail ASP 4

Et pour vous le télétravail, ça évoque quoi ?

ASP – déclaration liminaire au CA du 8 mars 2016

« Nous souhaitons tout d’abord manifester notre affliction face au décès d’Elodie Bonnefille, conseillère agricole à la Chambre d’Agriculture de l’Aveyron.

Sans vouloir faire de lien, nous sommes aussi sensibles à la détresse actuelle des agriculteurs. A la crise économique s’ajoute pour eux une nouvelle réglementation PAC plus complexe. Sa mise en place a été laborieuse autant pour les agriculteurs que pour l’administration. Ce qui n’améliore pas notre image et rend plus difficile notre relationnel sur le terrain lors de nos missions de contrôle. Celles-ci demandent de plus en plus de compétences techniques et relationnelles d’où un besoin en contrôleurs expérimentés. Nous pensons aussi qu’une des solutions serait d’appliquer les consignes du rapport Massat. Notamment, celles favorisant les échanges entre l’administration et les agriculteurs.

Côté emploi, les nouvelles aides aux PME ont mobilisé beaucoup d’agents. Cette action a permis de montrer que nous étions un Etablissement réactif et efficace. Toutefois, cela s’est fait parfois au détriment d’autres activités. Nous devons donc là encore rester vigilants sur les moyens humains et matériels mis en place de manière à être réactif tout en maintenant un service public de qualité. L’image et la pérennité de l’ASP en dépend.

Ces remarques démontrent qu’il faut reconsidérer la politique de l’emploi de l’Etablissement. Nous avons trop souvent recours aux contrats à durée déterminée pour faire face à nos missions permanentes et stratégiques : dans les domaines informatique, contrôle, gestion des aides et autres. Cette situation n’est pas satisfaisante pour les agents comme pour l’ASP. Nous devons trouver un moyen de renforcer les effectifs en agents titulaires en favorisant la déprécarisation des CDD.

Nous espérons que le plan stratégique d’Etablissement prendra en compte tous ces aspects.

Et n’oublions pas, en clin d’œil à cette journée dédiée aux femmes, la parité pour laquelle l’ASP doit fortement agir. »